PAV-CLAVIF

12 rue Charles Fourrier
75013 PARIS

Le soutien psychologique des victimes

Vous venez d’être victime…

… D’une agression, de violences conjugales, ou d’un accident, qui vous a blessé physiquement ou moralement.

Après un tel événement, des difficultés psychologiques peuvent apparaître immédiatement ou après quelques mois et peuvent vous gêner dans votre vie quotidienne.

Ces difficultés se manifestent différemment comme par exemple :

– Des maux de tête, des douleurs abdominales, une perte de l’appétit, un sommeil perturbé, l’apparition de cauchemars, de la fatigue, des difficultés d’ordre sexuel…

– De la tristesse, de la peur, de l’angoisse, vous sursautez au moindre bruit, vous évitez certains lieux ou craignez de sortir.

– Vous avez le sentiment que votre vie a été menacée, certaines images de cet évènement vous envahissent, vous avez des difficultés de concentration, des pertes de mémoire.

– Vous avez l’impression d’être incompris, de devenir irritable, agressif, et que vos relations familiales, sentimentales, amicales ou professionnelles se sont modifiées.

Votre enfant vient d’être victime…

… D’une agression, de violences, d’un racket ou d’un accident qui l’a atteint dans son corps ou moralement.

Cet évènement peut entraîner pour votre enfant des répercussions psychologiques qui peuvent être immédiates ou apparaître après quelques mois.

Chaque enfant réagit différemment, notamment selon son âge :

au niveau du corps : par l’apparition de maux de ventre, une perte de l’appétit, des difficultés à être propre.

au niveau émotionnel : par des accès de colère, des crises de larmes, des cauchemars, de la peur surtout au moment du coucher.

au niveau du comportement : par de l’agitation ou de la passivité, des fugues, par une perte soudaine d’intérêt pour le jeu ou par des jeux répétitifs. Votre enfant vous paraît s’isoler, se replier sur lui-même.

au niveau scolaire : par une baisse de ses résultats scolaires, des difficultés pour se concentrer ou pour retourner à l’école, voire par un absentéisme.

Quels sont les professionnels qui peuvent vous aider ?

Vous pouvez consulter un psychiatre ou un psychologue, qui sont des professionnels de l’écoute et de l’aide psychologique.
A la différence du psychologue, le psychiatre est un médecin spécialisé, qui peut aussi vous prescrire des médicaments.
Ils vous aideront au cours d’entretiens à exprimer vos difficultés, à les comprendre et à les surmonter.
La durée de cette prise en charge, appelée psychothérapie, varie selon l’événement que vous avez subi et l’évolution de votre état.

Pour les enfants et les adolescents, vous pouvez consulter soit un pédopsychiatre, médecin spécialisé, soit un psychologue pour enfant.
Ils aideront votre enfant à s’exprimer en utilisant, selon son âge, des jeux, des dessins ou des entretiens qui lui permettront de surmonter l’événement qu’il a vécu.

Comment contacter ces professionnels ?

Il est à distinguer :

le secteur public, qui est gratuit ou remboursé par la sécurité sociale. En font partie les hôpitaux, les dispensaires, les centres médico-psychologique (CMP) pour enfants et adultes, et les centres médico-psycho-pédagogique (CMPP), uniquement pour les enfants.

Ils sont en général sectorisés, c’est-à-dire que vous devez, en principe, vous adresser au service dont dépend votre domicile.
Renseignez-vous auprès de votre médecin traitant ou votre mairie.

le secteur privé, où vous pouvez consulter un psychologue, ou un médecin psychiatre.
Les consultations du médecin psychiatre sont en partie remboursées par la sécurité sociale.

Vous pouvez vous adresser au professionnel de votre choix.
Demandez conseil à votre médecin traitant.

Les associations d’aide aux victimes, où vous pouvez consulter des psychologues. Dans ces associations vous pouvez aussi être informé sur vos droits et être aidé et accompagné dans vos démarches.
Ces services sont gratuits.

L’aide sociale

Si à la suite de cet événement vous rencontrez des difficultés sociales, telles que des problèmes financiers, de logement…, vous pouvez vous adresser aux services sociaux de votre commune (Centres Communaux d’Action Sociale ou C.C.A.S.) ou de votre département (Maisons Départementales des Solidarités ou M.D.S.), dont les coordonnées vous seront communiquées par votre mairie.